Maintenant que le printemps est presque arrivé, tu devrais t’entraîner le plus possible à l’extérieur; pour profiter de l’air frais et prendre de la bonne vitamine D fournie par le soleil (d’ailleurs, la majorité d’entre-nous en manquons).

Notre société moderne nous impose de conduire au travail, de travailler à l’intérieur et d’appliquer des crèmes solaires remplies de produits chimiques qui empêchent le corps d’absorber cette vitamine D.

En plus de ses bienfaits évidents pour la santé, l’entraînement à l’extérieur procure un certain défi en ce qui a trait à l’environnement. Par exemple, le terrain accidenté peut affecter la position des pieds dans l’exécution de « squats », ou ajouter une inclinaison dans l’exécution de « push-ups ».

montreal-martial-arts-kickboxing-mma-schools-health-fitness-24La liste des exercices qu’on peut effectuer à l’extérieur est beaucoup plus longue (à moins de ne pas avoir peur de détruire son plancher); comme lancer des Kettlebells ou de grosses *D-balls. (*comme des ballons médicinaux qui pèsent de 60 à 200 livres ou de 27 à 90 kilos pour mes amis d’Europe!).

On peut aussi courir en haut ou en bas d’une côte, ou sauter par-dessus des tables de pique-nique.

Personnellement, lorsque je pratique mon Neigong dehors, je ressens un lien avec la nature. Le silence et la tranquillité m’aident à me ressourcer et à me concentrer.

Lorsqu’on s’entraîne à l’extérieur, on crée des associations positives. Étant donné que nos sens sont facilement stimulés à l’air frais, on associe de bons sentiments à l’entraînement physique.

Une fois ces associations bien ancrées, on peut les réutiliser à des moment où on a moins le goût de s’entraîner. On n’a qu’à rapidement revoir ces images ancrées dans notre mémoire pour que notre humeur change et qu’on retrouve l’envi de bouger.

T’es-tu entraîné dehors aujourd’hui? Pense-y.

Dépasse tes limites.

Sibok Martin