Je viens tout juste de terminer mon entraînement matinal, et je me sens très bien en ce moment.

C’est bizarre. La plupart de mes idées nouvelles et de mes flashs me viennent pendant que je m’entraîne.

Cela dit, tu veux savoir quel est la zone de combat la plus souvent négligée par la majorité des pratiquants d’arts martiaux?

Et non, ce n’est pas le combat au sol.

Je parle plutôt des techniques d’immobilisation, du Trapping Hands.

Les boxeurs s’adonnent à un jeu d’immobilisation qui consiste principalement à dominer et à retenir l’adversaire. Évidemment, étant donné qu’il s’agit d’une compétition, les coups de tête et les doigts aux yeux sont interdits.

Le jeu d’immobilisation des adeptes de Boxe thaïlandaise quand à lui est un peu plus sophistiqué. Le fait d’agripper la tête de l’adversaire permet de le contrôler et d’insérer des coups de coude, de genou, de tête et de main.

Encore une fois, étant donné les règlements, il est interdit d’arracher les yeux, de graffigner, de mordre, de frapper les nerfs dans le but de les endommager ou de projeter l’adversaire. De plus, les techniques d’infiltration des mains sont peu pratiques en raison du port de gants.

Pour sa part, le système Fang Shen Do met un accent considérable sur l’acquisition de techniques d’immobilisation efficaces qui permettent d’infiltrer la défense de l’adversaire dans le cas d’une obstruction, et puisque l’adversaire tente également de te frapper, c’est GARANTI que tu rencontreras une résistance.

Une fois qu’on comprend bien les techniques d’immobilisation, on peut facilement se frayer un chemin vers la tête de l’adversaire où l’on peut infliger le plus de dommage possible. Voilà l’unique raison d’être des techniques d’immobilisation.

Lorsqu’on parle de cet art d’infiltration, la majorité des gens en manquent des bouts. En fait, les techniques d’immobilisation sont effectuées très rapidement, sont sans merci et ne durent qu’un court moment, au besoin.

C’est comme avoir un plan B. Le plan A consiste d’abord à terminer la confrontation le plus rapidement que possible grâce à des techniques offensives et de frappe. Le plan B est mis à exécution si le plan A échoue.

Pour bien maîtriser cet art, il faut apprendre des routines et pratiquer et répéter des exercices, mais la plupart des élèves arrêtent là. En fait, il faut passer au combat à mains ouvertes (Slap Sparring) et maintenir ses habiletés à l’aide d’un Chi Sao agressif. C’est quelque chose que seul ton Sifu peut te transmettre.

Plus tôt cette année, j’ai eu la chance de faire des exercices de mains collantes avec Randy Williams, un maître très connu du Wing Chun. C’est un homme très gentil, terre-à-terre et avec qui il fait plaisir de travailler. Je devrais bientôt pouvoir à nouveau m’entraîner avec lui.

Tout ça pour dire qu’en bout de ligne, la plupart des confrontations finissent par du corps à corps et sont assez  » dans ta face « .

Pour t’assurer que l’adversaire n’ait pas la chance d’amener le combat au sol, tu devrais sérieusement penser à maîtriser l’art de l’immobilisation.

Prends de l’avance avec notre DVD éducationnel très détaillé qui s’intitule Trapping Hands « The Secret to Infiltrating Your Opponent’s Defenses ». Tu peux te le procurer en cliquant ici.

Dépasse tes limites.

Sibok Martin