Dans mon article hier, je parlais des plateaux et du fait que la progression n’est pas aussi importante que les ÉMOTIONS qui découlent d’un bon entraînement. Aujourd’hui, je continue sur la même ligne.

Quand on commence à s’entraîner, il est très motivant de compter les répétitions et le temps qu’on peut tenir une position, ou encore de mesurer son niveau de flexibilité.

En fait, c’est très important car ça nous encourage à continuer.

Au début de l’entraînement, l’amélioration au niveau de la force, de l’endurance et de la flexibilité est spectaculaire. Souvent, les élèves voient leurs chiffres doubler et même tripler au cours des premiers mois.

Tout ça pour dire qu’avec l’expérience, et avec le temps, les chiffres peuvent devenir très élevés; c’est souvent drôle de penser au nombre de répétitions qu’on pouvait faire d’un certain exercice quand on a commencé l’entraînement.

Imagine qu’au départ tu ne peux faire que 25 push-ups, mais qu’avec l’aide des conseils trouvés dans nos kits d’entraînement en stations, tu réussis à faire grimper ce chiffre à 50, ensuite 75, 95, 100, 115 et éventuellement à 125. Le passage de 25 à 50 est beaucoup plus excitant que celui de 120 à 125.

C’est la même chose pour les squats. Si tu commences à 50 répétitions et que tu peux éventuellement en faire de 800 à 1000, tu te rends bien compte que l’entraînement ne consiste pas seulement à compter les répétitions et à battre les records.

Comme j’ai dit, c’est très motivant de compter les répétitions au début, lorsque la force et l’endurance augmentent rapidement et de façon considérable. C’est la même chose pour la flexibilité. Une fois que tu peux faire une split jusqu’au sol, que chaque partie de ton
corps est flexible et souple et que tu peux exécuter toute une gamme de mouvements avec facilité, on dit que tu as atteint le niveau or (gold standard). Je t’en reparlerai plus en détails une autre fois.

Si tu penses trop au nombre de répétitions et qu’un jour tu ne peux pas battre ton record précédent, il est possible que le doute s’installe et que tu te poses des questions inutiles comme  » Est-ce que j’en reperd?  » ou  » Est-ce que je suis rendu à un plateau?  »

L’important c’est de te concentrer sur le sentiment de bien-être que t’apporte ton entraînement, d’être conscient de ta respiration, de te visualiser au cours de chaque entraînement en train d’accomplir certains de tes objectifs professionnels ou personnels, de continuer malgré la douleur pour te convaincre que tu es en plein contrôle et d’être reconnaissant d’être en vie et de pouvoir faire ces exercices et ces mouvements.

Si tu fixes ton attention sur ces éléments, ta motivation ne s’épuisera jamais et tu éviteras les redoutables plateaux.

Suit le système décrit dans nos kits d’entraînement en stations

Il a fait ses preuves au cours des derniers 36 ans et est conçu de façon à ce que chaque entraînement te fasse progresser.

Dépasse tes limites.

Sibok Martin